Flash INFO – 21/01/2015


Marseille, le 21 janvier 2015.

Chers (es) collègues,

L’association professionnelle se doit de réagir sur les commentaires notamment radiophoniques / presse écrite de ces derniers jours concernant la situation du SAMU 49 et donc de notre collègue ARM.

Nos pensées et notre compassion sont adressées à notre collègue, ainsi qu’à la famille pour la souffrance de ce deuil.

Cette inculpation est le résultat d’une enquête, la justice prendra sa décision. Les recours seront possibles, c’est ce que la loi Française permet.

Nous ne pouvons en l’absence de connaissance des faits prendre position sur le fond de l’affaire. Nous avions pris en temps contact avec nos collègues du SAMU d’Angers pour leur offrir un soutien et notre aide. N’ayant pas été recontacté nous ne pouvions et nous ne devions pas aller à l’encontre de leur attitude.

Nous faisons part de notre soutien loyal, objectif et mesuré et nous restons à la disposition de nos collègues du SAMU d’Angers.

Nous savons toutes et tous combien est fragile notre position, combien nous sommes méconnu.
Nous avons toutes et tous ce sentiment de ne pas être reconnu professionnellement.

Les ARM sont sous la responsabilité du médecin régulateur, les fonctionnaires et faisant fonction sont sous celle de leur établissement.

Tous ceci est exact lorsque l’ont travail dans le respect des procédures, mais la structure et son organisation peuvent engendrer des mises en situations dangereuses pour les ARM, les Médecins et les Patients.

Nous espérons, comme chaque ARM, que cette affaire permette une nouvelle prise de conscience sur l’étendue des difficultés qu’est la gestion des appels de l’Aide Médicale Urgente et ainsi de notre métier. Mais également, qu’il est temps de poser les fondations d’un diplôme national reconnaissant une formation de qualité. Cette formation sanctionnée par ce diplôme, deviendrait alors la base des recrutements des ARM pour les SAMU – Centre 15.

Cordialement
Le Secrétaire Général

Fichier : PDF