Flash INFO – 19/12/2014


Marseille, le 19 décembre 2014

Chers (es) collègues,

L’association professionnelle des Assistants de Régulation Médicale des SAMU – Centre 15, tient à apporter son soutien à la démarche entreprise par  Samu-Urgence de France (communiqué du 14/12/2014), tenant à faire valoir l’ensemble des aspects de pénibilité de l’exercice de la médecine d’urgence.

La société change, les demandes évoluent, les pressions augmentent sur l’activité des médecins urgentistes et régulateurs ainsi que sur les professionnels non médicaux qui travaillent avec eux.

Les ARM, qui ont bénéficié d’une revalorisation statutaire de leur fonction, subissent eux aussi la multiplication des appels, les difficultés de leur gestion sans compter les doléances de plus en plus nombreuses de la part des appelants, voire parfois des partenaires.

Les effectifs d’ARM ont été renforcés par le « Plan Urgences 2007 » mais, depuis lors, nombre de nos collègues sont en souffrance. Elle n’est pas due seulement à l’ingratitude de leur fonction mais accrue par le manque de personnel.

Les arguments de mutualisation des moyens et structures ainsi que la modernisation des moyens techniques ne peuvent faire oublier que chaque appel nécessite un investissement constant et la mobilisation des qualités humaines, dont le savoir-être et savoir-faire. Or, les tensions sont telles que certains professionnels sont éprouvés par la récurrence du manque d’effectifs et de reconnaissance professionnelle.

Nous sommes en constante relation avec les équipes pré-hospitalières et hospitalière ; elle est privilégiée, notamment pour que la gestion de la prise en charge des appels d’urgence soit de qualité pour les patients. Pour cela, il faut de la sérénité et de la confiance. Les patients, les victimes, sont depuis toujours la raison d’être des structures d’urgence.

L’ARM est le premier interlocuteur, il n’est pas concevable que sa vocation soit remise en cause par des objectifs financiers.

L’association professionnelle des ARM demande au Ministère de la Santé d’être reçu pour aborder nos problématiques d’effectifs et de reconnaissance.

À très bientôt

Cordialement

Le Secrétaire Général

Source PDF